bayernforumfan-fr.com

Le forum non-officiel des fans du Bayern. Retrouvez toutes les news, transfert, interviews, résumés de matchs et fiches de joueurs de ce club mythique
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Staff] Franz Beckenbauer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Lizarazu 3



Messages : 21814
Date d'inscription : 22/08/2010

MessageSujet: Re: [Staff] Franz Beckenbauer    Dim 13 Sep - 18:52

Revenir en haut Aller en bas
http://www.bayernforumfan-fr.com
Lizarazu 3

avatar

Messages : 21814
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 117
Localisation : Lanslevillard

MessageSujet: Re: [Staff] Franz Beckenbauer    Dim 13 Sep - 19:05

70e anniversaire de Franz #Beckenbauer

#Beckenbauer, 70 ans de règne

Figure mythique, couronné de tous les succès, Franz #Beckenbauer ne s'est jamais laissé dicter sa conduite, toujours certain que sa volonté lui ouvrirait les portes d'un destin radieux. Alors qu'il fête aujourd'hui ses 70 ans, SO FOOT revient sur l'histoire de ce fils de postier né en 1945 dans un Munich en ruines, devenu la lumière du football allemand.



La marche de l'Empereur

« Et à quoi, au fond, reconnaît-on l'épanouissement physique ? À ce qu'un être épanoui fait du bien à nos sens ; à ce qu'il est taillé dans un bois qui est à la fois ferme, tendre et odorant. Il n'a de goût que pour ce qui lui fait du bien ; son plaisir, son envie cessent là où la mesure de ce qui convient est franchie. Il invente des remèdes contre les lésions, il exploite à son avantage les hasards malencontreux : ce qui ne le fait pas périr lui donne des forces. D'instinct, de tout ce qu'il voit, entend et vit, il amasse son propre capital : il est un principe de sélection, il élimine bien des choses. Il est toujours dans sa société bien à lui, qu'il commerce avec des livres, des hommes ou des paysages ; par son choix, il honore ce qu'il a choisit, ce qu'il admet, ce à quoi il fait confiance. À toutes sortes de sollicitations, il réagit lentement, avec cette lenteur dont une longue prudence et une fierté délibérée lui ont imposé la discipline. Bien loin d'aller au-devant d'elle, il examine attentivement la sollicitation qui se présente à lui. Il ne croit ni à la "malchance", ni à la "faute" : il vient à bout de lui-même et des autres, il sait oublier - il est assez fort pour que tout, nécessairement, tourne à son avantage. » Ainsi se décrit Friedrich Nietzsche en 1888 dans Ecce Homo, mais il annonce aussi l'avènement d'un autre être semblable : Franz #Beckenbauer.

Toute sa vie, #Beckenbauer a fait plier le réel à la force de sa volonté. Tout ce qu'il a entrepris, il l'a réussi, ou presque. Son palmarès en témoigne. Sur le terrain : cinq titres de champion d'Allemagne, quatre Coupes d'Allemagne, trois Coupes d'Europe des clubs champions, un Euro, une Coupe du monde, ainsi que d'autres coupes diverses, des titres en NASL et une ribambelle de récompenses individuelles. Sur le banc : une autre Coupe du monde, un championnat de France, une Bundesliga, une Coupe de l'UEFA. En tribune : BuLi à foison et grandes oreilles en tant que président du Bayern, et puis encore une Coupe du monde en tant qu'organisateur. À première vue, on pourrait croire que tout ce qu'il touche se transforme irrémédiablement en or. Pourtant, comme Crésus, derrière l'évident don, il y a lutte. « C'est le héros de notre nation. Mais ça ne lui est pas tombé dessus. Il a acquis ce statut à la sueur de son front », dit ainsi de lui Günter #Netzer.

Des ruines comme toile de fond, un mur comme ami

Comme tous les grands, l'empereur est né sur un champ de bataille - les ruines de Munich - le 11 septembre 1945, dans le quartier ouvrier de Giesing. Si vous voulez un symbole de la reconstruction de l'Allemagne sous occupation alliée et Adenauer, il est éclatant. Son père, Franz Sr, employé postal, méprise le football. Qu'importe, le gosse passe ses journées à taper le ballon contre un mur dans le jardin. « Ce mur était le plus honnête des coéquipiers », a-t-il expliqué plus tard. « Si tu faisais une passe correcte, tu la récupérais correctement. » Déjà, Franz fait ce qu'il veut. À neuf ans, il rejoint les rangs du SC Munich '06. Alors attaquant, fan de Fritz #Walter, il rêve de Munich 1860. Et puis arrive un tournoi de jeunes, le dernier du SC à cause de finances difficiles. Avec ses amis, le buteur décide de rejoindre son équipe de cœur à la fin de la compétition. Sauf qu'il la retrouve juste avant : en finale. Le match est dur, les contacts des plus rugueux, les embrouilles nombreuses. #Beckenbauer finit par prendre une gifle du central adverse. Un tournant. Direction l'autre Munich pour la clique. Un choix qui paraît évident aujourd'hui, mais loin de l'être alors. À l'époque, le Bayern n'est qu'un parent pauvre, même pas invité à la première édition de la Bundesliga. Franz continue de jouer avec le destin en 1963. Il a 18 ans, sa petite amie est enceinte, il refuse de l'épouser. L'affaire s'ébruite, la DFB (fédé allemande) l'exclut des sélections de jeunes. Heureusement, Dettmar Cramer intervient et œuvre pour sa réintégration. Peut-être la première et dernière fois qu'il doit quelque chose à quelqu'un. L'Allemagne a failli passer à côté de sa légende, et #Beckenbauer de la sienne. Elle commence tout juste.



But fantôme et bras cassé

Pour sa première saison complète avec l'équipe première, en Regionalliga Süd, alors milieu, il inscrit 17 buts, participant activement à la promotion du club bavarois. Un talent auquel la Bundesliga ne peut résister, pas plus qu'Helmut Schön, qui l'amène à la Coupe du monde 1966 malgré son jeune âge et les critiques subséquentes. Évidemment, #Beckenbauer brille dans la plus belle des compétitions, inscrivant quatre buts, dont une superbe frappe à Lev #Yashin en demi-finales contre l'URSS. En finale, Helmut Schön lui demande un marquage individuel sur Bobby Charlton, ce qu'il fait superbement. Mais Gottfried Dienst et Tofiq Bahramov accordent le « Wembley-Tor » ; l'Angleterre finit par s'imposer 4-2. Loin de blâmer l'arbitrage, Franz préfère reconnaître a posteriori que « l'Angleterre nous a battus parce que Bobby Charlton était juste un tout petit peu meilleur que moi ». Un simple contretemps dans sa conquête du monde.

Quatre ans plus tard, face à ces mêmes Anglais en quarts, il tient sa revanche. #Beckenbauer marque, Alf Ramsey sort Charlton, son influence grandit encore un peu, et l'Allemagne gagne après avoir été menée 2-0. Le Bavarois est encore milieu central, n'a que 24 ans, ne porte pas encore le brassard. Pourtant, c'est déjà un véritable leader. Preuve en est faite lors de la demi-finale contre l'Italie à Mexico, une rencontre qu'on qualifiera plus tard de « match du siècle ». À la 70e, son épaule droite se luxe après un contact. Le bras en écharpe, la main sur le cœur, il continue de courir pendant cinquante longues minutes, preuve vivante qu'il y a des tripes derrière la classe. La Nazionale finit par l'emporter 4-3 grâce au but à la 111e de Gianni Rivera, mais l'Allemagne et surtout #Beckenbauer méritent les honneurs. Le London's Evening Standard parle de lui comme d'un « officier prussien blessé, battu, mais fier ». Sauf que Franz n'a rien d'un officier, c'est un empereur; il ne sera - presque - plus jamais battu.

Le dernier empereur

Parce que, quelque part, Franz #Beckenbauer a toujours été le Kaiser. Comme souvent, la frontière entre l'homme et le joueur est infime. Devenu libéro, il glisse hors de la défense avec puissance et précision. Personne n'est sur sa route, parce qu'il en décide lui-même. Il escamote le ballon des attaquants lancés d'un geste sûr, tout en maîtrise. « Il donnait l'impression suivante : "N'essayez même pas. C'est une perte de temps que d'essayer de m'affronter." » (Sir Bobby Charlton). Il ouvre la voie d'une passe, parfois d'une frappe, cuisinant caviar sur caviar sans jamais se tromper dans la recette, qu'il réinvente à loisir. Surtout, son buste est droit, toujours, sa tête haute. Essayez de l'imaginer en train de trébucher, ou de renverser sa bière sur lui : c'est impossible. Beckenbauer échappe à la maladresse. Brian Clough : « J'ai une fois vu Franz Beckenbauer entrer dans un restaurant, et il l'a fait de la même manière qu'il jouait au football : avec classe et autorité. »

Reste à savoir quelle version de l'histoire derrière le nom privilégié. La plus prosaïque, validée par le principal intéressé lui-même, parle d'une photo prise à côté d'un buste du Kaiser Franz Joseph I, datant du 3 août 1971. La plus romantique remonte au 14 juin 1969. Finale de DFB-Pokal, Bayern-Schalke. #Beckenbauer fait faute sur le meilleur joueur de Schalke, Reinhard Libuda, surnommé « der König von Westfalen » (le roi de Westphalie), se fait copieusement huer, emmène le ballon dans un coin, jongle pendant quarante secondes avec le pied et la tête. Suffisant pour la presse - seul un empereur pouvait dépasser un roi.



Beckenbau-or

En 1974, le Kaiser domine enfin le monde. La Hollande, le Totaalvoetbal et Johan #Cruijff sont à terre. Là encore, cela n'a pas été une partie de plaisir, l'Allemagne se retrouvant menée avant même de toucher le ballon. Cœur au sang-froid, #Beckenbauer est sûr de son destin, seul à s'occuper de Johan #Cruijff et Johnny #Rep, trottinant tranquillement devant eux comme un homme avec ses chiens. Les Oranje oublient de marquer le deuxième but, #Breitner égalise, #Müller consacre. Chez lui, à Munich, brassard au bras, il peut soulever le trophée, point d'orgue de l'âge d'or du football allemand - son ère. Lui qui avait déjà mené la Nationalmannschaft à son premier titre européen deux ans plus tôt, et le Bayern à sa première Ligue des champions en mai 1974, précédant deux autres d'affilée.

De fait, le titre mondial scelle son statut de superstar, « le Pelé blanc » comme l'appelle Kicker. O Rei, qui le côtoiera plus tard au Cosmos, confirme la noblesse et la parenté : « Franz Beckenbauer est mon frère allemand. » Néanmoins, si l'on en croit son coéquipier Günter #Netzer, sa plus grande contribution n'a rien à voir avec son niveau footballistique hors du commun. Après la défaite surprise face à la RDA lors de la première phase de poules, le moral est au plus bas. Le Kaiser réunit alors l'équipe, prononce un discours sans langue de bois, pointant du doigt tous les joueurs pas au niveau, et refait l'équipe pour le reste du tournoi avec Schön. « De toutes ces pierres à l'édifice du football allemand, celle-ci est la plus importante. Il a pris les choses en main alors que la situation était épouvantable, que l'équipe était sur le point de s'effondrer. Il a protégé Schön et a rebâti l'équipe avec lui. » #Beckenbauer n'a peur de personne, surtout pas de la DFB. Avant le tournoi, il négocie les primes jusqu'au bout de la nuit au cours d'une discussion des plus houleuses. Après la victoire, il ordonne à ses joueurs de quitter le banquet organisé, sous prétexte que leurs femmes se sont vu refuser l'entrée. Personne ne peut lui résister. Pour l'instant.

Le monde ne suffit plus, place au Cosmos

Vaincu par l'audace d'Antonin Panenka en 1976, Franz prend sa retraite internationale et quitte le Bayern avec trois Coupes d'Europe des clubs champions dans la besace. Direction le New York Cosmos, payé plus d'un million de dollars par un TimeWarner des plus ambitieux. Pour ses débuts au Giants Stadium, il évolue bien sûr en tant que libéro, ne montant que lorsqu'il le faut. Le président du club demande alors à Eddie Firmani, le coach : « Pourquoi est-ce que ce gars que nous avons payé un million de dollars joue à l'arrière de l'équipe ? » Le coach répond : « C'est sa manière de jouer. Personne ne le fait mieux que lui. » « On n'a pas payé un million de dollars pour un gars qui rôde derrière. Dis-lui de ramener son cul devant. » #Beckenbauer refuse : il continuera de jouer à sa manière.







«La balle est comme un diamant : tu ne t’en débarrasses pas, tu l’offres » @ Glenn Hoddle
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bayernforumfan-fr.com
King Kahn

avatar

Messages : 11990
Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: [Staff] Franz Beckenbauer    Mer 11 Nov - 22:01

11.11.2015

Citation :
Alors qu'il se trouve au cœur du scandale de corruption présumée autour du Mondial 2006, Franz #Beckenbauer a reçu le soutien du patron du Bayern Munich, Karl-Heinz #Rummenigge. «Je ne suis pas un "insider" dans cette histoire pas très sympathique. Mais Franz #Beckenbauer a été mon entraîneur, mon capitaine et président. Quand un ami est en difficultés, il faut alors être à ses côtés. Et c'est ce qu'on fera au Bayern Munich», a déclaré #Rummenigge ce mercredi lors de conférence de presse. S’il a soutenu #Benckenbauer, #Rummenigge s’est montré plus critique envers la Fédération allemande. «Je comprends que la DFB a tout intérêt à clarifier la situation. Mais j'aimerais qu'il y ait une approche plus sensible de la personne de Franz Beckenbauer», a exigé le dirigeant bavarois rappelant de le «Kaiser» avait remporter deux Coupes du monde avec l'Allemagne.
Revenir en haut Aller en bas
King Kahn

avatar

Messages : 11990
Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: [Staff] Franz Beckenbauer    Lun 21 Déc - 20:49

Citation :
Alors que le Bayern Munich a annoncé le départ en fin de saison de son entraîneur Pep #Guardiola, la légende du club Franz #Beckenbauer a dit regretter la décision du Catalan, qui n'a pas souhaité continuer l'aventure en Bavière. "C’est dommage que #Guardiola quitte le Bayern. L’équipe, telle qu’elle était, fonctionnait très bien. Il a construit cette équipe. Ses idées sont à la base de cette équipe, c’est lui qu’il l’a fondé, mais c’est ainsi. Vous ne pouvez pas retenir quelqu’un pour toujours, a estimé le Kaiser dans un message posté sur sa page Facebook avant de se réjouir de l'arriver de l'Italien Carlo #"Ancelotti pour reprendre les rênes du club. Et le Bayern a fait le choix parfait avec #Ancelotti comme successeur." Perdre #Guardiola et récupérer #Ancelotti, le Bayern montre qu'il est très réactif et que c'est un très grand club !

Lui il est jamais content
Revenir en haut Aller en bas
King Kahn

avatar

Messages : 11990
Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 24

MessageSujet: Re: [Staff] Franz Beckenbauer    Lun 21 Déc - 20:54

Lizarazu 3 a écrit:
Franz Beckenbauer a une nouvelle fois pointé du doigt le style de jeu de Pep Guardiola suite à défaite du Bayern, en demi-finale aller de la C1 à Santiago Bernabeu (1-0).

Il y a quelques semaines déjà, Franz Beckenbuer avait critiqué le style de jeu du Bayern Munich prôné par Pep Guardiola. "Au final, si nous continuons comme ça, nous serons comme le Barça. Plus personne ne voudra nous voir jouer parce que nos joueurs se passeront le ballon jusqu’à la ligne de but adverse". Le "Kaiser" en a remis une couche, suite à la défaite du Bayern sur la pelouse du Real Madrid (1-0) et ce malgré, une possession de balle favorable aux munichois. "La possession de balle ne signifie rien quand l’adversaire a des occasions. Nous pouvons être contents que le Real Madrid n’ait mis qu’un seul but", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision Sky après la rencontre. @ Goal

A quelque part il na pas entièrement tord au sujet de la possession de balle.

La preuve hein6013
Revenir en haut Aller en bas
Ice Man



Messages : 1461
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: [Staff] Franz Beckenbauer    Dim 11 Sep - 20:25

Bon anniversaire au plus grand défenseur de l'histoire du football.  merci .§

Revenir en haut Aller en bas
Lizarazu 3

avatar

Messages : 21814
Date d'inscription : 22/08/2010
Age : 117
Localisation : Lanslevillard

MessageSujet: Re: [Staff] Franz Beckenbauer    Dim 11 Juin - 10:23

LE #BECKENBAUER DES SIXTIES

Certes, les années 1970 ont été les siennes pour tout remporter avec le Bayern en étant dominateur à l'extrême, avant de partir faire des sous ailleurs. Mais avant cela, avant d'être un Kaiser, il y a eu un autre Franz #Beckenbauer : celui des années 1960, l'outsider, celui qui apprenait, progressait et vivait en voulant se venger des claques reçues.

#2: FRANZ BECKENBAUER
L'histoire de #Beckenbauer commence véritablement par une défaite, et pas des moindres. Le 14 août 1965, le Bayern est un jeune promu en Bundesliga. Il affronte pour commencer son grand rival, le TSV Munich 1860, qui a eu le droit quant à lui d'être intégré à la première fournée de la Bundesliga. Pour Beckenbauer, c'est un match à la saveur particulière. Plus jeune, il a refusé de faire partie des Löwen pour une histoire de gifle qui deviendra légendaire et fondatrice. Il s'apprête à recevoir la deuxième gifle de la part de Munich 1860. Et dès lors, plus rien ne sera comme avant. Si #Beckenbauer reste fidèle à son équipe en rouge, elle doit devenir autre chose qu'un second club dans la capitale bavaroise. Elle doit être la meilleure du pays.

Plus jamais 1860
Ce premier derby de Munich dans l'histoire du tout nouveau championnat allemand tourne vite à l'avantage du plus gros. La victoire est courte, 1-0 sur un but de Timo #Konietzka, mais les faits sont là : le Bayern doit s'incliner dès l'entame de la saison et confirme que les objectifs sont modestes. L'entraîneur, #Cajkowski, se la joue Guy Roux des temps anciens en annonçant « être satisfait si on obtient le maintien » . Son équipe ne joue pas plus sur cette saison de découverte. Le Bayern est encore un club modeste, qui a souffert pour parvenir à monter. La première saison de #Cajkovski, l'accession est loupée d'un rien, malgré un premier match et un but de #Beckenbauer contre Sankt-Pauli. #Beckenbauer est resté fidèle, mais a longtemps hésité. Il se remémore le choix difficile dans le magazine officiel du Bayern en 2010 : « En 1964, il y a eu un moment critique où j'étais proche d'être transféré à 1860. Nous jouions en Regionalliga, les Löwen eux déjà en Bundesliga : ils se sont renseignés auprès de moi. » Il accepte finalement d'attendre un an de plus, promettant de partir si la Bundesliga n'est toujours pas au rendez-vous. Avec une année record en Regionalliga, le Bayern se taille une place au zénith sans problème. Ce laps est même mis à profit par #Beckenbauer, qui grandit, ajoute quelques cordes à son arc de joueur complet et accepte de rester puisque le club progresse à sa vitesse et accède à la Bundesliga. Vient alors la défaite contre 1860, dès la première journée. Et une promesse intérieure : « Plus jamais ça. »

Les Anciens et les Modernes
Malgré cette défaite, le Bayern si dominateur la saison précédente revient sur les terrains. Dès la quatrième journée, le leadership du championnat est repris, la bataille lancée et le maintien une histoire déjà ancienne. Le promu séduit par ses jeunes joueurs talentueux, et son latéral gauche intenable et doué balle au pied. #Beckenbauer se fait remarquer, en participant à toutes les rencontres en dehors de la 34e journée. Au match retour, 1860 encaisse un lourd 3-0 dans les dents et il ne manque que trois petits points aux Rouges pour être devant les Bleu et Blanc à la fin de la journée. Une misère. Mieux, le promu se permet de gagner la Pokal, en ayant éliminé le tenant du titre Dortmund dès le tour de qualification. En finale, #Beckenbauer marque. Le Bayern construit un palmarès consécutif et se donne un nom, comme à ses joueurs. #Beckenbauer est pris en équipe nationale courant septembre. Il parvient à être dans le groupe pour le Mondial 66 et être sur le terrain en finale pour opérer un marquage à la culotte de Bobby Charlton. Il n'a que vingt ans et devient pourtant le joueur allemand de l'année. Déjà. Ce n'est qu'un début.

Le pré Kaiser
La saison suivante sera la bonne à tous les niveaux. Dans la colonne des trophées, #Beckenbauer s'offre un doublé avec la Pokal à nouveau dans la poche, accompagnée de la Coupe des vainqueurs de coupe. Le Bayern commence à engranger les victoires. La jeunesse paie. La tactique aussi. Le jeune #Beckenbauer s'endurcit et son jeu s'étoffe lorsqu'il est replacé comme libéro par #Cajkovski. Son style n'a pourtant pas encore de surnom, contrairement au « Bomber » de la nation à ses côtés. Il est un talent reconnu, le fer de lance du Bayern qui vient s'affirmer devant toute l'Allemagne, sans plus. Il faut le départ de son premier mentor pour parvenir à la gloire. En 1969, pour la première fois dans Bild, le Meisterschale sous le bras, son élégance balle au pied teintée d'une certaine confiance en soi et d'un degré de majesté lui vaut un nom bientôt immortel : « Kaiser de Bavière » . Quatre jours plus tard, Stan #Libuda fait les frais du nouveau statut du maître à joueur du Bayern, en finale de Pokal. Le Tageszeitung et le Süddeutsche Zeitung emboîtent le pas du concurrent dans les termes. Le couronnement est définitif. L'Empereur entame sa décennie de règne, pour lui et pour son équipe, en marchant sous les sifflets des adversaires. C'est désormais certain, il est là pour rendre grand le Bayern. Les sixties sont terminées. Son temps est venu.



sofoot










«La balle est comme un diamant : tu ne t’en débarrasses pas, tu l’offres » @ Glenn Hoddle
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bayernforumfan-fr.com
schumi

avatar

Messages : 10445
Date d'inscription : 04/03/2011
Localisation : mons belgique

MessageSujet: Re: [Staff] Franz Beckenbauer    Lun 11 Sep - 11:53

Bon anniversaire à notre demi dieu , joueur , entraineur , président et président d'honneur
Herr Franz , Le Kaizer
72 ans déjà

Revenir en haut Aller en bas
Lahm

avatar

Messages : 12387
Date d'inscription : 03/09/2010

MessageSujet: Re: [Staff] Franz Beckenbauer    Lun 11 Sep - 13:44

Alles Gute zum Geburtstag Franz #Beckenbauer!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Staff] Franz Beckenbauer    

Revenir en haut Aller en bas
 
[Staff] Franz Beckenbauer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Franz Beckenbauer
» franz beckenbauer
» Franz BECKENBAUER anniversaire
» PRESENTATION DU STAFF DU FORUM MI 16
» Tingaud tient son nouveau staff ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
bayernforumfan-fr.com  :: FC Bayern München 1900 :: Les anciennes gloires du Bayern :: Les Défenseurs-
Sauter vers: